prev_top
map_top
next_top
25 janvier 2015

Uvita


Notre périple s'oriente inexorablement vers le sud. Nous faisons une courte halte à Dominical pour voir ce spot prisé des surfeurs. C'est un endroit sauvage adapté aux fans des vagues. Mais en ce moment ce n'est pas la saison des belles déferlantes. Avant de reprendre la route, nous nous laissons tenter par l'achat de beaux paréos : souvenirs pour les amis et la famille.

t t
Uvita est un petit village tranquille.

t
t t
t
Nous posons nos bagages dans un petit hôtel de cabinas appelé "bahia uvita". L'accueil comme souvent au Costa Rica, est charmant et les chambres sont d'une propreté irréprochable.

t t
t
L'attraction principale du patelin est son immense plage en forme de queue de baleine.

t
Il n'y a pas grand chose d'autres à faire par ici que d'aller visiter la plage. Il y a certes aussi possibilité de voir les dauphins et baleines au large moyennant un prix exagéré (50 USD par personne) ou de prendre des leçons de surf. Mais nous ne sommes pas adeptes de ce genre d'activité.
La surprise de taille est que la plage est payante : 6 USD par personne ! Ce n'est pas tant le prix qui nous gêne mais le simple fait de devoir payer pour accéder à une plage. En tant que français habitués à la loi littoral, ça a du mal à passer. De plus, au moment de la mise en ligne de ce journal, en France, nous sommes en pleine polémique sur la privatisation temporaire d'une plage de la côte d'azur pour les vacances du roi d'Arabie Saoudite, pour un fallacieux prétexte de sécurité mais en fait pour permettre à la France de signer de gros contrats commerciaux. Certains appellent cela du pragmatisme quand on n'est pas en position de force économiquement parlant...
Bref, l'entrée payante de la plage se justifierait par la possibilité de voir le massif coralien en bout de queue de baleine (vu d'avion). On déchante vite, car le massif est érodé au point qu'il n'y a aucun corail à voir. Mais l'immensité et la beauté de la plage laisse tout de même pantois. La chaleur est accablante. Nous nous baignons mais l'eau particulièrement chaude ne nous rafraîchit pas.


t t
t
t t
Après la pose farniente, nous déjeunons dans un petit restaurant. C'est coloré ici. Les prix sont assez élevés par rapport à la moyenne de ce qu'on a pu voir ailleurs...

t t
prev_bottom
map_bottom
next_bottom